Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le dimanche 26 octobre 2014 à 10:52:00

Le Pays Roussillonnais est un des points noirs environnementaux de la région Rhône-Alpes. Nous en connaissons les conséquences néfastes sur la santé de ses habitants. La population est en croissance continue dans notre petite région et cela devrait continuer avec le développement de la ZIP(1) Sablons-Salaise.

Ces deux seuls points suffiraient à justifier l'amélioration de l'offre de soins.

L'installation de la nouvelle clinique, prévue dans la commune de Salaise-sur-Sanne (Isère), peut répondre à ce besoin si l'administration donne son accord : malheureusement, il semblerait qu'elle oppose quelques résistances à la réalisation de ce projet en l'état.

Afin que notre région puisse bénéficier d'une offre de soins à la hauteur des enjeux locaux, nous vous invitons à signer la pétition en cliquant sur le lien suivant :

http://www.mesopinions.com/petition/sante/transfert-clinique-saint-charles-salaise-sanne/13027

Nous vous remercions pour votre mobilisation.

D'autre part, une réunion publique traitant du transfert de la clinique Saint-Charles aura lieu à Salaise le lundi 27 octobre 2014 à 19 h au foyer Laurent Bouvier (Rue du 11 Novembre 1918 – 38150 Salaise-sur-Sanne).

(1) ZIP : Zone industrialo-Portuaire

Partager cet article

Publié le samedi 4 octobre 2014 à 22:07:00

Nous vous donnons un rapide résumé de cette émission qui, sur le thème "Déchets : scandales et gros profits", mettait en cause deux entreprises : Aprochim et GDE(1).

Nous regrettons vivement que des reportages d'investigation, traitant de sujets sociétaux et/ou sensibles, soient diffusés à une heure si tardive. Si vous n'êtes pas couche-tard ou n'avez pas d'enregistreur, vous passez à côté : dormez tranquilles braves gens !

 

APROCHIM

Aprochim en Mayenne traite des déchets à base de PCB(2). L'entreprise est accusée de grave pollution aux PCB. Parmi les agriculteurs qui ont perdu tout ou partie de leur exploitation après notamment l'abattage de tous les animaux, Monsieur Joseph Gaudin, producteur de fromage de chèvre, entame une grève de la faim pour obtenir une indemnisation à la hauteur du préjudice subi. Vous pouvez le soutenir et suivre son action sur le blog : terreviedanjou.canalblog.com.

 

GDE

Le reportage traitait essentiellement de la décharge de résidus de broyage (dont une partie pouvait venir de Salaise). Elle se trouve à Nonant Le Pin dans l'Orne, dans une région bien connue pour ses élevages de chevaux de très haute qualité.

Malgré les refus du Préfet, l'accord d'implantation fut tout de même obtenu. Dans une atmosphère on ne peut plus trouble, le dossier fut poussé par des élus et des politiques au niveau local, départemental et même national puisque c'est la Ministre de l'Ecologie de l'époque (Madame Kosciusko-Morizet) qui ordonna au Préfet d'autoriser l'implantation. Quels moyens de pression ou autres "aides à la décision" ont permis cet accord ?

Dès les premières livraisons en octobre 2013, les riverains se sont aperçus que le cahier des charges n'était pas respecté. La mobilisation sans faille des opposants, après plus de 6 mois de blocus, a permis la fermeture du site (en mai 2014). GDE a bien sûr fait appel. Le jugement définitif devrait être rendu en novembre 2014.

 

Les problèmes de GDE ne sont pas terminés : depuis plusieurs mois, une enquête est ouverte pour "complicité d'escroquerie". Nous attendons avec impatience la suite de ce feuilleton.

 

GDE Salaise-sur-Sanne (Isère)

En décembre 2013, nous avions boycotté la réunion de la Commission Locale d'Information (CLI). Nous avons reçu le compte rendu de cette réunion.

 

Pour consulter ce compte-rendu (9 pages) Cliquez

 

Une réunion très consensuelle comme vous pouvez le constater.

 

Une nouvelle réunion de la CLI était prévue l'été dernier, nous l'attendons toujours : les déboires de GDE exposés dans l'émission de France 3 ne sont peut-être pas étrangers à ce retard.

 

Une dernière info : GDE Salaise-sur-Sanne a fait l'objet d'une mise en demeure par la Préfecture de l'Isère en avril 2014. En cause, la présence de pneus sur certains VHU (Véhicules Hors d'Usage) destinés au broyage : si les problèmes se limitaient à cela !!!

 

Pour lire l'arrêté de mise en demeure N° 2014094-0041Cliquez

 

(1) GDE : Guy Dauphin Environnement. Fondée par la famille Dauphin, il y a un peu plus d’un siècle en Normandie, GDE est une entreprise spécialisée dans le recyclage. Son siège se situe à Rocquancourt (Calvados).

 

(2) PCB : Les PolyChloroBiphényles ont été fabriqués industriellement à partir de 1930. Leur production est arrêtée depuis les années 80.

Partager cet article

Publié le jeudi 25 septembre 2014 à 11:43:00

Nous avons été conviés le 18 septembre dernier à une réunion d'information sur le projet d'implantation de l'entreprise Hexcel sur la plate-forme Osiris.

Hexcel est une entreprise américaine, spécialisée dans la fabrication et le travail des fibres de carbone. Elle est déjà implantée dans la région : aux Avenières dans l'Isère (tissage de fibres de carbone et de verre : 400 employés) et à Dagneux dans l'Ain (imprégnation de tissus : 450 employés).

L'unité en projet serait destinée à la seule fabrication des fibres de carbone à partir d'acrylonitrile (importé d'Allemagne). L'implantation est prévue entre Tredi et le sud de la plate-forme Osiris.

Calendrier prévisionnel :

  • Fin septembre 2014 : dépôt du dossier à la DREAL.
  • Puis Enquête Publique.
  • Courant 2015 : début des travaux.
  • Mise en route en mars 2018 d'une première phase, une deuxième tranche devrait suivre.

Estimation en personnel :

  • Pour le chantier : environ 700 personnes sur 3 ans.
  • Pour la première phase de fonctionnement : de 120 à 150 personnes employées.

Monsieur Beynier, Directeur des Opérations France, nous a exposé les raisons du choix de la plate-forme de Roussillon parmi les 63 propositions de 17 pays :

  • La France est le premier consommateur de fibres de carbone en Europe grâce à l'implantation des usines Airbus. L'aéronautique civile représente 60 % des débouchés d'Hexcel.
  • L'entreprise peut bénéficier des infrastructures existantes avec le GIE Osiris.
  • L'unité de fabrication est une très grosse consommatrice d'énergie et les américains sont très sensibles à la politique nucléaire de la France. Elle permet, à leurs yeux, un approvisionnement sûr en quantité et à un coût raisonnable sur le long terme.

Nous ne manquerons pas d'étudier avec le plus grand soin le dossier de l'Enquête Publique  pour vérifier l'éventuel impact de ce projet sur notre environnement.

Nous vous ferons part de nos remarques à cette occasion.

 

Partager cet article

Publié le lundi 22 septembre 2014 à 15:37:00

Malgré le refus de Madame la Ministre Ségolène ROYAL de recevoir en France les déchets de l'entreprise ORICA, nous restions très prudents : nous connaissons la puissance des lobbys pouvant influencer toutes les décisions.

En juillet dernier, nous avions écrit au Ministre australien de l'Environnement pour lui donner notre position et l'informer de la forte mobilisation de la population grâce à notre pétition.

Nous venons de recevoir sa réponse. Nous vous donnons la traduction (non officielle) de la lettre du Ministre, Monsieur Greg HUNT :

"Je me réfère à votre lettre du 18 Juillet 2014 concernant la demande d'exportation d'Orica permettant le transport des déchets dangereux de l'Australie, pour une destruction finale en France.

Comme vous le savez, la convention de Bâle régit le mouvement transfrontalier de déchets dangereux et les dispositions. Conformément à la Convention, il est permis de transporter des déchets dangereux si le pays d'exportation n'a pas la capacité technique et les installations nécessaires pour traiter les déchets d'une façon écologiquement saine et efficace.

Fondée sur une évaluation technique solide, l'Australie estime qu'elle n'a pas et n'aura probablement pas dans le futur, la capacité technique et les installations nécessaires pour traiter les déchets d'HCB d'une manière sûre et efficace. Cela est principalement dû à la petite taille de l'industrie chimique australienne et les marchés pour ces déchets. L'Australie produit des quantités insuffisantes de ces déchets pour supporter des installations de destruction permanentes capables de détruire les déchets d'Orica.

La demande d'exportation d'Orica sera évaluée dans les conditions rigoureuses établies par le document "Déchets dangereux australiens (Règlement des exportations et des importations) Act 1989". L'évaluation respectera aussi les obligations internationales de l'Australie, conformément à la convention de Bâle. Je peux vous assurer que toutes les remarques reçues, y compris votre correspondance, seront prises en considérations dans ce dossier.

Veuillez agréer l'expression de mes sentiments les plus distingués.

 Greg Hunt "

 

Pour lire le texte original en anglais Cliquez

 

Nous devons donc rester très vigilants, car le gouvernement australien et Orica ne semblent vraiment pas décidés à traiter leur HCB sur leur sol. D'après nos informations, des installations mobiles et provisoires de traitement existaient.

Peut-être lanceront-ils une nouvelle tentative vers la France ou un autre pays : à suivre.


---------------------------


Pour rester dans le domaine de déchets, nous vous signalons l'émission de France 3 "Pièces à conviction" qui sera diffusée le mercredi 24 septembre prochain à 23h20. Le thème retenu : " Déchets : scandales et gros profits" devrait vous inciter à suivre ce reportage malgré l'heure tardive de diffusion.

 

Pour consulter l'annonce de l'émission parue dans Ciné TéléObs Cliquez

Partager cet article

Publié le lundi 1 septembre 2014 à 18:41:00

Après une petite pose estivale, nous revenons aux affaires en cours. Dans de prochains articles, nous aborderons d'abord GDE(1) puis le Suivi Environnemental Global (SEG), ainsi que les nombreux autres dossiers.

Pour conclure la victoire contre l'importation des déchets australiens, nous avons envoyé une lettre à Madame la Ministre de l'Environnement.

Pour lire notre lettre du 29 juillet 2014 Cliquez

La mobilisation locale et nationale (par la pétition) a fini par payer : comme quoi tout est possible. Mais il faut impérativement garder cette mobilisation. Au niveau local, un effort est nécessaire pour que d'autres dossiers puissent avancer.

Notre Association sera présente au Forum des Associations organisé à Sablons le samedi 6 septembre 2014 de 9 h à 12 h. Venez nous rencontrer.

(1) GDE : Société Guy Dauphin Environnement

Partager cet article

Presentation

  • : Sauvons Notre Futur
  • Sauvons Notre Futur
  • : Association pour la protection de l'environnement créée à Sablons (Isère) en septembre 2005. Association régie par la loi du 1er juillet 1901. N° 0383002846.
  • Contact

BIENVENUE ET BONNE VISITE ...

Si vous visitez ce blog pour la première fois, nous vous recommandons de cliquer sur "Bienvenue sur notre blog"

Rechercher Sur Ce Blog

VISITEURS DEPUIS LE 25/02/2010

LES CHRONIQUES DU PRESIDENT

Les Articles Par Categories

ADHERER A SAUVONS NOTRE FUTUR

SONDAGES

Pas de sondage en cours.