Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le samedi 30 juin 2012 à 10:22:00

Il y a un an, dans un communiqué du 16 juin 2011, le ministère de l’Agriculture avait annoncé l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR.

Ce pesticide, développé par le groupe suisse Syngenta Agro, était destiné à l'enrobage des semences de crucifères oléagineuses (notamment le colza) pour sécuriser la culture dès le semis contre pucerons virulifères, mildiou, grosses et petites altises et tenthrèdes de la rave. Le Cruiser OSR est composé de trois substances actives : le thiaméthoxam (insecticide), le métalaxyl-M et le fludioxonil (fongicides). Le ministère précisait que cette autorisation faisait suite à l’avis favorable de l’Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) du 15 octobre 2010, qui concluait que l’usage du Cruiser OSR sur ces semences satisfaisait l’ensemble des conditions de sécurité requises. De plus, il prévenait que les conditions de sécurité de cette autorisation de mise sur le marché continueraient à faire l’objet d’une vigilance accrue, qui pourrait conduire à sa suspension en cas d’incident.

Dans un communiqué du vendredi 29 juin 2012, Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’AgroAlimentaire et de la Forêt annonce qu'il retire l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR :

"Comme annoncé le 1er juin dernier, le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de la préparation CRUISER OSR disposait d’un délai de 15 jours pour faire part de ses observations sur l’intention du ministre de retirer cette AMM.
Les observations transmises le 15 juin par le détenteur de l’AMM ne sont pas de nature à remettre en cause les éléments ayant conduit à envisager son retrait. L’exposition des abeilles au travers des résidus de thiametoxam, substance active de ce produit, dans le nectar de colza, à la dose sublétale ayant des effets néfastes sur le retour à la ruche des abeilles butineuses, ne peut être exclue.

En conséquence, le ministre a décidé de retirer ce jour l’autorisation de mise sur le marché de la préparation CRUISER OSR.

En cohérence avec cette décision et compte-tenu de l’approche imminente de la commercialisation et de l’utilisation des semences de colza traitées par des produits contenant du thiametoxam sur le marché européen, le ministre engage par ailleurs la procédure européenne visant à interdire les semis de colza traité par enrobage au thiametoxam." (source : site du ministère de l'agriculture)

Les apiculteurs se sont réjouis de l'interdiction du pesticide et espèrent qu'elle entraînera celle du Cruiser 350 servant pour le maïs.

A noter que le groupe Syngenta, qui va attaquer cette interdiction en référé suspension devant le tribunal administratif, "dénonce avec la plus grande fermeté une décision pénalisante pour l'agriculture française, qui utilise comme argument une seule expérience non validée et très éloignée de la pratique agricole".

Encore une affaire à suivre ...

Pour relire notre article sur ce sujet publié le 16 octobre 2011 Cliquez

Partager cet article

Repost0
Publié le jeudi 7 juin 2012 à 17:50:00

J'ai un portail à l'entrée de mon domicile, il est fixé à deux piliers creux en ferraille.

Ce matin, je viens de voir que l'un des deux, dont le couvercle est décollé, avait été complètement rempli d'huile de vidange !

Soit c'est tombé sur moi par hasard et je peux en douter, soit c'est le Président d'une Association de Défense de l'Environnement qui était visé.

Dans les deux cas, celui qui a fait cela n'est qu'un pauvre type à l'esprit particulièrement tordu. Cela ne peut qu'encourager à combattre la bêtise humaine.

Le rejet d'huile usagée dans la nature est un délit : une plainte a été déposée à la Gendarmerie de Roussillon (Isère).

Partager cet article

Repost0
Publié le mardi 5 juin 2012 à 10:13:00

Pour lire la chronique N° 6 du 5 juin 2012 Cliquez

Nota : Toutes les chroniques publiées sont accessibles à partir du module "LES CHRONIQUES DU PRESIDENT" qui se trouve à droite de cette page.

Partager cet article

Repost0
Publié le vendredi 27 avril 2012 à 14:00:00

Dès 2002, les communes riveraines du Rhône se sont mobilisées pour préserver durablement le Fleuve. Ainsi est né le SMIRCLAID (Syndicat Mixte du Rhône Court-circuité Loire Ardèche Isère Drôme) qui regroupe les 9 communes riveraines sur 4 départements.

En 2004, l'Etat, le Comité de Bassin, les Conseils Régionaux et la CNR(1) ont créé un partenariat pour élaborer et mettre en œuvre un Plan Rhône. Cette démarche est actée en juillet 2005 par le Comité Interministériel à l'Aménagement du territoire.

Le Plan Rhône comporte six volets thématiques :

  • Patrimoine et Culture
  • Prévention des risques liés aux inondations
  • Qualité des eaux, ressource et biodiversité
  • Energie
  • Transport fluvial
  • Tourisme

C'est dans ce cadre qu'un Comité Local de Concertation (CLC) a été créé et pilote actuellement la réhabilitation écologique du tronçon court-circuité du Rhône. Ce CLC s'est réuni le 8 mars 2012 à Sablons, et Sauvons Notre Futur a participé et représentait les autres Associations (VIVRE et ASER).

Pour lire le compte rendu de cette réunion et nos commentaires Cliquez


(1) CNR : Compagnie Nationale du Rhône

Partager cet article

Repost0
Publié le dimanche 1 avril 2012 à 01:00:00

Le développement des énergies renouvelables a motivé la mise au point par Sita Spécialités, avec sa filiale Teris Spécialités, du projet « Robin ». Il s'agit de la construction d’une unité de vapeur à partir de l’incinération de biomasse et de déchets. Les produits incinérés seront des résidus de bois issus de l’exploitation forestière, des bois flottés, des bois de compostage, des refus de recyclage de papier et des bois en fin de vie d’origines variées (déchetterie, industrie, bois imprégnés). Ce projet est soutenu par l’ADEME(1).

D'ici 2015, la totalité de la vapeur produite par l'unité Robin sera distribuée au sein de la plate-forme chimique de Roussillon et répondra à environ 15 % des besoins en vapeur des industriels présents sur la plate-forme. L’exploitation sera confiée aux équipes locales de Teris Spécialités.

Robin en quelques chiffres :

  • Puissance : 21 MW
  • Production de vapeur : 25 tonnes/heure à 32 bars, soit 15 % du besoin de la plate-forme chimique de Roussillon
  • Quantité de combustibles utilisés : 66 000 tonnes/an
  • Disponibilité attendue : supérieure à 345 jours/an
  • Rendement énergétique de l'installation : supérieur à 85 %

Pour en savoir plus sur le projet Robin Cliquez

D'autre part, ce projet a donné lieu à une enquête publique qui s'est déroulée du lundi 27 février 2012 au vendredi 30 mars 2012 inclus. Nous avons analysé les dossiers présentés par Teris Spécialités (Etude d’impact et Etude de dangers) et nous avons remis nos commentaires et notre conclusion à Monsieur le Commissaire-enquêteur, le vendredi 30 mars 2012, en mairie de Salaise-sur-Sanne (Isère).

Pour lire nos commentaires et notre conclusion sur ce dossier Cliquez

(1) ADEME : Agence De l'Environnement Et de la Maîtrise de l'Energie

Partager cet article

Repost0

Presentation

  • : Sauvons Notre Futur
  • Sauvons Notre Futur
  • : Association pour la protection de l'environnement créée à Sablons (Isère) en septembre 2005. Association régie par la loi du 1er juillet 1901. N° 0383002846.
  • Contact

BIENVENUE ET BONNE VISITE ...

Si vous visitez ce blog pour la première fois, nous vous recommandons de cliquer sur "Bienvenue sur notre blog"

Rechercher Sur Ce Blog

VISITEURS DEPUIS LE 25/02/2010

LES CHRONIQUES DU PRESIDENT

Les Articles Par Categories

ADHERER A SAUVONS NOTRE FUTUR

SONDAGES

Pas de sondage en cours.